Sophie Métadier

Députée d'Indre-et-Loire
3ème circonscription 

15 FEV. 2022

LES CIGARETTES ÉLECTRONIQUES DITES "PUFF" UN PIÈGE POUR NOS ADOLESCENTS

Cet après-midi, à l'Assemblée nationale, lors des QAG, j'ai alerté le gouvernement sur les dangers des cigarettes électroniques dites « puff » chez les jeunes dès le collège et sur ses conséquences sur l’environnement :

" Mes chers collègues, savez-vous ce que sont les puffs ?

Ce sont ces espèces de cigarettes électroniques qu'affectionnent les jeunes, dès les classes de collège.

Une puff, c'est mignon, c'est petit, c'est coloré, ce n'est pas trop cher, ça a un gout de bonbon, … Ça c'est le "bon" coté des puffs.

Mais les puffs ont aussi des côtés moins roses :

La publicité pour les produits liés au vapotage est interdite, et pourtant la mise en avant, voire la promotion des puffs fleurissent sur les réseaux sociaux appréciés des jeunes.

Les jeunes consommateurs ont l'impression de juste inhaler une vapeur fruitée, c'est agréable, on ne sent pas le tabac, pas de problème avec les parents, … Mais voilà, les puffs peuvent contenir jusqu'à 2% de nicotine. Et là, les puffs ont un côté carrément noir : à 1 ou 2 % de nicotine, la dépendance risque d'arriver très vite, dès quelques mois d'après les médecins préventionnistes du tabac.

Je n'oublie pas le côté marron des puffs, à savoir leurs déchets (plastiques et batterie au lithium), qui constituent une menace environnementale sérieuse.

Les puffs, officiellement interdites aux moins de 18 ans, sont vendus chez les buralistes ou sur internet. Mais quoi de plus facile que de contourner la barrière de l'âge minimum, souvenez-vous !

Aussi, madame la secrétaire d'État, pouvez-vous nous préciser ce que le gouvernement compte faire en terme de prévention à cette initiation à la nicotine.

Comment limiter la prolifération des puffs, ce piège que l’on tend à la jeunesse ? "

En réponse, Sarah El Haïry, secrétaire d’état, chargée de la Jeunesse et de l’Engagement a précisé que le gouvernement entendait protéger les jeunes face à la prolifération de ces cigarettes électroniques jetables colorées « qui ne sont pas des jouets». Pour cela, le gouvernement à saisi l’agence de régulation des publicités (ARPP) afin de rappeler les sanctions encourues par les influenceurs qui font la promotion de ces produits dangereux et addictifs sur les réseaux sociaux tels que TikTok ou Instagram. De même, les autorités de santé et le conseil d’orientation de la jeunesse vont accroître les alertes et la pédagogie sur les dangers de l’addiction autour de ces produits.

Préservons la santé de nos jeunes contre ce nouveau fléau !

 

Mentions légales
Données personnelles et cookies
© 2022 Sophie Métadier
Tous droits réservés